En savoir plus sur les Aures
 











Longtemps resté isolé, protégé par ses hautes montagnes, l'Aurès fut le fief de la résistance a toutes les invasions et le lieu historique d'ou s'organisa la lutte pendant la guerre de libération nationale.

Aujourd'hui, l'Aurès s'est ouvert sur le monde moderne, tout en gardant les marques profondes d'un traditionalisme légendaire.

C'est la terre des Chaouias, une très vieille ethnie ayant conservé sa langue, le berbère.

Le printemps est la saison la plus propice a la découverte. Les routes sont bonnes pour la plupart.

Les marchés sont en pleine activité des 7 heures du matin . vous y verrez les produits de l'artisanats local : lourdes couvertures aux rayures multicolores, Djelabas brunes ou robes de coton, châles aux teintes douces, tapis de haute laine ou a poil ras, a simple bande ou ornés de motifs géométriques, poteries, bijoux d'or et argent.

Sur les routes vous croiserez les femmes Chaouias vêtues de tissus aux couleurs chatoyantes et lourdement chargées ; dans les villages, elles tissent tapis ou couvertures sur des métiers posés a même le sol. Les hommes sont aux champs . les plus âgés tout de blanc vêtus, palabrent, assis en cercle devant les portes des maison.

A voir :

EL KANTARA : (le pont) par la N3, l'ancienne route de Biskra, on ce rend sur ce site exceptionnel
Des gorges profondes mènent a une brèche( d'après la légende, Hercule l'ouvrit d'un coup de talon) et débouche sur une immense palmeraie entourée de trois villages dénommés village blanc, village noir, village rouge : c'est la bouche du Sahara ( foum esahra), passage brutale d'un univers a l'autre, contraste entre les couleurs du défilé étroit et la lumière qui baigne la palmeraie.

LAMBESE :
Les vestiges de l'ancienne LAMBAESIS (garnison romaine du 1er siecle) qui se dressent sur la droite prés d'un pénitencier, permettent de reconnaitre la disposition de la cité initiale. Un petit musée dans le village présente une série de mosaïques d'inspiration mythologique et des œuvres statuaires.

TIMGAD :
Fondée par l'empereur TRAJAN en l'an 100, plusieurs fois détruite puis rebâtie. Les ruine actuelles sont celles de la cité du VII siècle , le meilleur moment pour la visite est au coucher du soleil.

RHOUFI :
Le canyon de l'oued EL ABIOD, une œuvre monumentale de la nature. On le contemple des balcons aménagés sur les bords de la falaise. Dans les parois arides de calcaire rose aux strates verticales, sont encastrés des villages désertés aux toits formant terrasses, dominés par une Guelaa.
L'oued serpente dans la faille, deux cents mètres plus bas, longé par la palmeraie verdoyante et des jardins plantés d'arbres fruitiers .

BISKRA :
La capitale des oasis des ZIBAN, jouxte le désert. Sa palmeraie de 1300 hectares produit les meilleures dattes de l'Algérie.

BOUSAADA :
L'oasis du bonheur, s'offre aux regards dans une débauche de lumière. Dunes et montagnes s'allient a la palmeraie pour donner un charme envoutant à la petite ville.
Bien des peintres s'y sont laissé prendre ; l'un d'entre eux , Alphonse-Etienne Dinet, s'y installa en 1904 et se convertit a l'islam(on peut visiter sa maison et son tombeau ).

Retour

 
En savoir plus sur...